Comment vérifier la vitesse de chargement de mon site et quelle vitesse viser ?

optimiser vitesse chargement site

La vitesse de chargement d’un site web est un réel enjeu technique d’un point de vue du SEO.  

Bien qu’il ne s’agisse (à première vue) que d’un critère de positionnement parmi tant d’autres, cet indicateur a en réalité un impact colossal ; à la fois sur le pouvoir de conversion d’un site web, son trafic et son référencement naturel.   

Et les dernières parutions (source) / mises à jours (notamment de la Search Console, voir détails plus bas) sur le sujet ne font que renforcer l’idée qu’en 2020 (et les années à venir), la vitesse de chargement des pages d’un site sera l’un des facteurs clés pour mieux ranker sur Google !

Dans cet article, nous verrons pourquoi optimiser le temps de chargement d’un site web est si important, comment le faire et surtout quelle vitesse viser. 

Vitesse de chargement d’un site web : petite définition.

La vitesse de chargement d’un site web désigne le temps (en seconde) qu’un visiteur (internaute ou robot) doit attendre pour visualiser une page complète (texte, image, vidéos, scripts, etc.).

Autrement nommée temps de chargement, temps d’affichage ou encore temps de réponse d’un site, cette donnée est officiellement reconnue comme un critère de positionnement sur le moteur de recherche Californien, depuis 2010 sur les appareils de bureau, et depuis 2018 sur les terminaux mobiles. 

Pourquoi optimiser le temps de chargement d’un site web ? 

L’optimisation du temps de réponse d’un site internet est importante pour plusieurs raisons. 

  • Pour améliorer l’expérience utilisateur des internautes 

Le savais-tu ? 

40 % des visiteurs choisissent de fermer l’onglet d’une page qui met plus de 3 secondes à s’afficher. Et 79 % de ces derniers ne reviennent plus jamais sur ce site. D’après une étude menée par Sean Work de KissMetrics sur le blog de Neil Patel (source).

Plus alarmant encore, pour chaque seconde supplémentaire dans le temps d’affichage d’une page web :

  • la satisfaction client chute (en moyenne) de 16% ;
  • le nombre de pages visitées baisse de 11 % ;
  • et le taux de conversion est soustrait de 7 %, d’après la même source.

Étonnant ? Non ! Car en réalité, nous tenons tous à notre petit confort. Et sur le web, la patience connait très vite ses limites.  

Partir d’un site juste après avoir cliqué dessus, cela ne t’est-il jamais arrivé ? Moi si. Je n’aime pas, moi-même, attendre des lustres avant d’accéder à une information. Je zappe ! 

Par contre, si tes pages s’affichent à la vitesse de l’éclair, le temps moyen que les internautes passeront sur ton site augmentera, ton taux de rebond fondra comme neige au soleil, et Google n’aura que de bonnes raisons de te favoriser dans les SERP.  

Conclusion : une expérience utilisateur optimisée = meilleur référencement naturel = plus de visiteurs = plus de revenus potentiels. Tout ce qu’on aime !

  • Pour booster le positionnement de ton site dans les résultats de recherche

Le robot de Google (Googlebot) procède à l’évaluation des performances de ton site. Si la vitesse de chargement de tes pages est anormalement mauvaise, il s’en rendra rapidement compte, et ce n’est pas une bonne chose !

Conséquence : ton classement sur le moteur de recherche sera dégradé. Pire, certaines pages de ton site pourraient ne pas / plus être crawlées. Car un quota horaire est attribué à l’indexation de chaque site. Une fois ce temps écoulé, Googlebot s’en va. Et pour le faire revenir, il va falloir charbonner ! 

Pour remonter dans l’estime de Google – dans ce cas spécifique – il n’y a pas de solution magique : il faut absolument diminuer la vitesse de chargement de tes pages. C’est aussi simple que ça.

Mais comment ? Laisse-moi tout t’expliquer. 

7 outils gratuits pour mesurer la performance de ton site web 

Ça y est, tu l’as compris : pour booster la visibilité de ton site web, pas besoin de chercher midi à quatorze heure : tu dois maximiser sa performance. 

Pour y parvenir, la première étape consiste à poser le diagnostic. C’est là qu’interviennent les meilleurs outils pour mesurer la vitesse de chargement de son site web.

 #1 – Google PageSpeed Insights

Google PageSpeed Insights fait partie de la large gamme des outils fournis par Google. On s’en sert pour mesurer l’efficacité d’un site sur les périphériques de bureau, mais aussi sur les appareils mobiles.

Il permet d’obtenir pleins d’informations sur la vitesse de chargement de son site web, et propose des solutions pour l’optimisation des éléments trop lents. 

Si tu souhaites réaliser un audit complet de la performance de ton site, c’est le tool qu’il te faut. Après évaluation, il l’attribuera une note sur 100, ainsi qu’un code couleur :

  • le vert indique les points forts de ton site ;
  • le jaune indique les erreurs devant  être corrigées progressivement ;
  • le rouge signale les erreurs (importantes) à corriger tout de suite.
84/100, pas mal mais peut mieux faire. Et c’est encore plus vrai au format mobile !

Comme pour le rendu mobile de tes pages, pense à vérifier plusieurs pages car le temps de chargement peut varier selon la structure. Page d’accueil, page de vente, page de contenu, etc… Chaque page aura ses propres « optimisations » à mener.

 #2 – Google Test My Site 

Toujours dans l’écurie Google, Test My Site est un outil exclusivement dédié à la mesure des performances d’un site en version mobile. Il a l’avantage de fournir un rapport d’optimisation complet et accessible à la compréhension de tous.

En l’utilisant, tu obtiendras essentiellement deux informations : le temps d’affichage de tes pages et le nombre de visiteurs perdus. 

chargement mobile test my site
Performance 100% mobile du mon site.

#3 – WebpageTest

Apprécié pour son efficacité et son intuitivité, WebPageTest effectue des tests de vitesse de précision, en filtrant les résultats par lieu de test et par navigateur. Notons qu’il est 100 % open source.

Seul « inconvénient » : c’est un outil de test de performance qui s’adresse principalement aux développeurs.

Sans cette compétence, tu pourrais facilement te perdre dans ses rapports de performance truffés d’informations (utiles, ça va de soi, mais un peu trop techniques pour des yeux non-initiés). 

Je ne vais pas te mentir, je n’y comprends RIEN. Vraiment dédié aux experts 🙂

#4 – Gtmetrix  

Gtmetrix est un outil d’analyse de vitesse de chargement de site web bien connu. Contrairement à WebPageTest, il convient parfaitement aux débutants, compte tenu de sa simplicité d’utilisation.

Il s’appuie principalement sur deux outils : PageSpeed Insights et YSlow, afin de présenter des rapports de performance aussi complets que faciles à comprendre.

Tu recevras, en t’en servant : 

  • le temps de réponse des pages de ton domaine ;
  • le nombre de requêtes nécessaires à l’affichage de chacune d’elles ;
  • leurs poids ;
  • une série d’actions correctrices à mettre en œuvre afin de corriger le tir.   
Performance du site sur GTmetrix.

#5 – Pingdom Tools 

Considéré comme l’un des meilleurs de sa catégorie, Pingdom répertorie les pages de ton domaine par :

  • vitesse et ordre de chargement ; 
  • taille des fichiers ;
  • nombre total de requêtes nécessaires à l’affichage complet ;
  • et donne un score de la performance globale du site. 

Il est simple d’utilisation. Il suffit de copier et de coller l’URL du site à analyser dans un espace dédié. Les éléments qui font grimper le temps de réponse du site sont alors identifiés. Et les pistes d’amélioration sont suggérées. C’est très pratique. 

performance pingdomtools
Exemple de rapport sur PingDom

#6 – Dareboost 

Dareboost contrôle la qualité du site web et présente un rapport sur la vitesse de chargement de ses pages.

Il est également super ergonomique. Si tu jettes ton dévolu sur lui, il t’aidera à régler la vitesse d’affichage de ton contenu à la seconde prêt.

Petit bonus pour la vidéo qui te montre comment charge ton site seconde par seconde, vraiment bien fait !

rapport vitesse chargement dareboost
Exemple de rapport sur DareBoost (vidéo en haut à droite)

#7 – Google Search Console

Je place la Search Console de Google en 7ème position car leur nouvel outil de mesure de vitesse de chargement des pages est encore en version bêta, avec pas mal d’irrégularités dans la mesure quand on compare les résultats à ceux d’outils listés plus haut.

Mais il va sans dire que cette version bêta ne va que s’améliorer, et si tu utilises la Search Console (tu devrais dans tous les cas), il est désormais possible en un coup d’oeil d’observer la performance globale ET URL par URL en termes de vitesse de chargement.

Rouge, Orange ou Vert : les couleurs classiques, faciles à comprendre. J’ai lu il y a peu que ces couleurs pourraient d’ailleurs courant 2020 être carrément mises en avant dans les SERP (sous forme de pastille ?) pour indiquer en amont à un utilisateur la qualité de perfomance niveau vitesse attendue d’un site.

Autant te dire que si tu as une pastille orange ou rouge au milieu de pastilles vertes, même en étant mieux ranké, il y a de fortes chances qu’à terme les utilisateurs se laissent influencer par ces couleurs de pastilles et privilégient les sites les plus rapides !

Exemple de rapport dans la search console de Google

Comment diminuer la vitesse de chargement d’un site web ? 

Pour diminuer le temps de réponse de ton site web, tu dois, bien évidemment, tenir compte du diagnostic posé en amont – grâce aux outils test de vitesse de site web

Chacun d’entre eux te fournira une multitude de points d’analyse susceptibles d’être améliorés.

Un article complet serait nécessaire pour être vraiment exhaustif de toute les actions que tu peux mener, mais …. Je vais ici te donner des premières pistes par rapport aux problèmes les plus fréquemment rencontrés

  • Préfère une interface graphique simple et épurée 

Ça va de soi : un site doté d’une interface graphique simple, avec des animations limitées, a (logiquement) une meilleure rapidité de chargement qu’un autre beaucoup plus complexe et surchargé. 

Il est donc nécessaire de privilégier un CMS et un thème les plus légers et optimisés possible.

Longtemps adepte de Thrive Theme par exemple, j’ai pas mal revu ma copie sur mes sites les plus imposants car le constructeur de page proposé par cette solution ne me permettait plus de poursuivre si je voulais vraiment passer un cap en vitesse !

  • Utilise un plugin de mise en cache pour réduire le temps de d’affichage de tes pages 

Mettre ses fichiers en cache est un excellent moyen de réduire considérablement la vitesse de chargement de son site. 

Grosso modo, le plugin de mise en cache viendra sauvegarder temporairement (ou mettre en cache) toutes les requêtes déjà envoyées, afin d’éviter qu’elles ne soient systématiquement relancées à chaque nouveau chargement.

Le nombre de requêtes sera ainsi diminué, et le volume de ressources utilisées par les serveurs sera également revu à la baisse. 

Pour utiliser une mise en cache, plusieurs plugins freemiums (c’est à dire qu’ils ont tous une partie gratuite et des options payantes pour aller plus loin) sont disponibles sur WordPress : WP Rocket, WP Super Cache, WP Total Cache, etc.

  • Optimise le poids de tes images pour atteindre une vitesse de chargement optimale

Il est à noter que les visuels constituent, à eux seuls, plus de 60 % du poids d’une page web. Pas besoin de te faire un dessin, leurs poids doit être réduit au maximum, selon un standard (format/dimension).

Mais, comme tu le sais, l’image joue un rôle important dans l’engagement des visiteurs.   

Ici, le défi consiste donc à trouver le poids idéal sans compromettre la qualité du visuel.  Pour réussir ce petit tour de force, deux éléments sont à prendre en compte.

 Le choix du format 

Tu as le choix entre différents types de fichiers : PNG, JPEG, GIF, JPEG XR, WebP, etc. 

Le format PNG produit des visuels de meilleure qualité. Cependant, il consomme plus de ressources serveurs et supporte mal la compression (perte de qualité). Pour cela, il est à privilégier pour des images simples, ne présentant que très peu de couleurs.

Le type de fichier JPEG quant à lui est le plus employé pour les pages web. Un peu moins lourd, il est à privilégier pour des images très colorées. 

Pour les images d’animations, le GIF est celui qui convient le mieux.  

JPEG XR et WebP n’étant pas pris en compte par tous les navigateurs, il est préférable de ne pas s’en servir.

Le poids des fichiers 

Le poids des images doit être optimisé :

  • soit en les compressant à l’aide des outils tels-que TinyPNG (il est entièrement gratuit et permet de réduire le poids d’une image JPEG ou PNG en quelques secondes).
  • soit en réduisant leurs dimensions : images de petite taille = moins de pixels = poids réduit. 

Pour le format PNG, le poids idéal est de 100 Kb au plus. Pour le format JPEG, le poids idéal est de 200 Kb au plus. Les fichiers de type GIF sont à utilisés avec parcimonie.  

Par ailleurs, il existe également des plugins WordPress dédiés à l’optimisation du poids des images.

C’est par exemple le cas d’Imagify, un outil d’optimisation automatique d’images. Il propose trois niveau de compression : Normal, Agressif, Ultra, et offre une version gratuite limitée à environ 250 images par mois.  

  • Diminue ton code 

Moins tu en auras, mieux le temps de réponse de ton site sera optimisé.

C’est sur ce point qu’un constructeur de page (que ce soit Thrive Themes ou un autre) a tendance à pas mal alourdir l’addition en ajoutant des dizaines de lignes de code dans le contenu…

Idem pour tous les plugins ou scripts, notamment en JS, que tu peux utiliser pour personnaliser ton rendu visuel ou promouvoir tes produits / services, moins il y en a (ou mieux ils seront intégrés / optimisés), mieux ce sera pour ta vitesse.

  • Corrige les erreurs 404 

Une erreur 404 est un code qui signale qu’une page web n’a pas été trouvée ou qu’elle n’existe plus.  En plus de consommer la bande passante inutilement, elle :

  • ralentit la vitesse de chargement du site ;
  • impacte négativement l’expérience utilisateur des internautes ;
  • et fait grimper le taux de rebond.

Pour savoir si ton site web contient des liens cassés, tu peux utiliser la Search Console de Google, en cliquant sur l’onglet « Couverture », dans le menu de gauche.

Une fois que tu les as identifiés, tu peux les rediriger vers la page d’accueil, vers une page équivalente ou vers une catégorie. 

Tu peux aussi installer un plugin appelé Redirection qui te permet de détecter en temps réel les pages 404 et de créer une redirection vers la page de ton choix.

  • Limite le nombre de redirections

Les redirections 301 participent au ralentissement des pages de ton site web. Pour cause, elles ajoutent une requête http supplémentaire, en indiquant une page qui a changé d’URL.

Pour en venir à bout, tu peux utiliser des outils comme Screaming Frog, Netpeak Spider ou Xenu Link Sleuth. Ils te permettront de les identifier rapidement.

À toi de distinguer celles qui sont nécessaires de celles qui ne le sont pas. 

Autant il est nécessaire de rediriger certaines pages 404 par exemple, autant parfois il vaut mieux changer manuellement un lien sur plusieurs pages pour indiquer la nouvelle destination que de faire une redirection de l’ancienne (certes plus rapide à effectuer, mais moins performant d’un point de vue vitesse pure).

  • Désinstalle les plugins superflus 

Pour éviter les bugs, désinstalle les plugins sans grand intérêt (ou non utilisés) et veille à la mise à jour des plugins importants.

  • Nettoie ta base de données 

Enfin, pense à nettoyer régulièrement ta base de données. Supprime les éléments inutiles (applications non utilisées, brouillons d’articles, etc.). Ce travail de maintenance viendra maximiser le fonctionnement de ton site. 

Pour nettoyer ta base de données de manière automatique, tu peux utiliser « WP Optimize » si tu travailles sous WordPress, ou « Optimizer PrestaShop » si tu utilises le CMS Prestashop.

Bien sûr, il existe d’autres moyens (un peu plus techniques ou onéreux) pour optimiser le temps de chargement de ton site web :

  • utiliser une solution d’hébergement CDN (Content Delivery Network) ou dédiée ;
  • compresser tes fichiers CSS et JS ;
  • ajouter des Expires Headers (en complément du système de cache) ;
  • compresser ton site web à l’aide de Gzip ;
  • etc. 

J’utilise pour ma part WP-Rocket et j’ai souscris à leur option Premium pour pouvoir optimiser tous ces points de contrôle.

La vitesse de chargement SEO optimale 

La vitesse de chargement SEO correspond au temps de chargement optimal d’une page web.  C’est elle qui satisfait aux exigences de performance de Google. C’est elle qui offre un réel confort aux internautes. C’est elle qui rend un site web Google friendly. 

Si tu as bien lu les sections précédentes, tu l’as compris : elle est inférieure ou égale à 2 ou 3 secondes maximum (beaucoup plus inférieure qu’égale, d’ailleurs)

À noter toutefois : la vitesse de chargement d’un site n’est qu’un critère SEO parmi tant d’autres (plus de 200, rien que ça). Et cela ne fait donc pas tout, mais si on se base sur les directions prises par Google ces derniers temps, il y a fort à parier que sous peu, ce sera un critère vraiment crucial, et peu importe la qualité de ton contenu, si ton site est à la ramasse, il risque fort d’en payer le prix !

Faire appel à un professionnel pour optimiser la vitesse de chargement de ton site

Si la plupart des optimisations sont relativement simples à faire grâce aux nombreux plugins dédiés, parfois, pour aller plus loin, il peut s’avérer nécessaire / pertinent de faire appel à un professionnel.

C’est ce que j’ai fais dernièrement pour 4 de mes sites, dont 2 créés sur des thèmes relativement lourds de base (Thrive Themes) et où toutes les approches classiques ne permettaient pas d’obtenir un gain de performance assez important pour progresser.

J’ai collecté les données sur 2 des sites confiés à Benjamin et son équipe de GoldenWeb.net pour illustrer un peu l’impact que des professionnels peuvent avoir.

  • Site Numéro 1 – Thème WordPress Classique : la notation Desktop de Google Page Speed Insight est passée de 36 à 99 tandis que celle en mobile est passée de 6 à 86 (il reste des optimisations sur mobile que nous obtiendrons sûrement en changeant de serveur, car le mutualisé ne permet pas de faire mieux). Mais surtout, le temps de chargement est passé de près de 10 secondes à 1 seconde (sauf lorsque le fameux serveur est trop sollicité….).
  • Site Numéro 2 – Thème WordPress Sur Mesure : hébergé sur un meilleur serveur, mais plus « lourd » car développé avec de nombreuses features personnalisées, la notation Desktop de Google Page Speed Insight est passée de 63 à 96 tandis que celle en mobile est passée de 18 à 78. Ici, le temps de chargement est passé de 7 secondes à 1,3 secondes !

Des gains importants, qui peuvent ENCORE être améliorés en changeant de thème ou en migrant de serveur, mais les résultats sont déjà énormes et je suis curieux de voir l’impact sur mon site dans les SERP !

Conclusion 

La seule conclusion possible à ce long article est la suivante : en 2020, fais de la vitesse de chargement et de l’optimisation mobile de celui-ci des priorités !

Google en a déjà fait des critères clés, et les attentes des utilisateurs ne peuvent qu’aller dans ce sens également. A toi de jouer !

About the author

Kévin JOURDAN

Editeur de site internet, blogger (sur Kjourdan.com), consultant SEO, conférencier & co-fondateur de l'agence de RP Digitale & Netlinking OnAcceleration, Kévin a développé La Markerplace pour réunir investisseurs et vendeurs de business en ligne de qualité. Un endroit de rencontre créé à la hauteur de ses standards et à l'image de la façon dont il aime travailler : efficace, fiable et humain !